Après deux mois à vadrouiller entre le Chili et l’Argentine, c’est parti pour une expédition de folie dans le Salar d’Uyuni et le Sud Lipez.

Dans cet article, vous trouverez mon récit détaillé de ces 3 jours d’expéditions dans le Sud Lipez et le Salar d’Uyuni, ainsi que des conseils sur comment choisir son agence pour faire le Sud Lipez et le Salar d’Uyuni et les prix pratiqués.

Le Salar d’Uyuni et le Sud Lipez en Bolivie, comment les visiter ?

Avant toute chose, une petite explication de ce qu’est le Salar d’Uyuni, le Sud Lipez, et des moyens de les visiter.

Le Sud Lipez est une province au sud de la Bolivie, située à la frontière avec le Chili. Le Salar d’Uyuni se situe lui, près de la ville d’Uyuni. La plupart des visiteurs décident de visiter les deux, sous forme d’expédition organisée de 3 ou 4 jours. Les départs se font soit du Chili à San Pedro de Atacama (avec une arrivée en général à Uyuni pour les voyageurs qui continuent vers la Bolivie). Soit de la Bolivie depuis la ville d’Uyuni ou depuis la ville de Tupiza.

Certains voyageurs ne font pas l’expédition et opte pour une visite à la journée du Salar d’Uyuni, en général depuis Uyuni.

Il n’est pas possible de visiter le Sud Lipez ou le Salar d’Uyuni soit-même, seuls les guides autorisés Boliviens peuvent conduire les touristes dans ces zones. Il serait d’ailleurs dangereux d’y aller tout seul : il n’y a pas de route définie, pas de réception téléphonique et l’endroit est désertique. D’ailleurs, même si seuls les guides sont autorisés, il y a tous les ans des accidents mortels.

Le Salar d'Uyuni et le Sud Lipez : incontournable en Bolivie

Le Sud Lipez et le Salar D’Uyuni : quelle agence choisir ?

Nous avons choisi de faire cette expédition depuis San Pedro de Atacama puisque nous nous rendions en Bolivie par la suite. Les tarifs sont moins chers au départ de Bolivie, d’Uyuni ou Tupiza. Cela dit, l’expédition en partance du Chili dure 3 jours et 2 nuits et nous dépose ensuite en Bolivie, on économise ainsi le prix du bus Chili – Bolivie. La ville d’Uyuni n’est d’ailleurs qu’un lieu de passage pour la plupart des touristes et ne m’a pas laissé une impression folle.

Il existe une bonne cinquantaine d’agences à San Pedro de Atacama qui proposent plus ou moins la même chose. Alors comment choisir son agence pour le Salar d’Uyuni ? Faire un peu de prospection en ville et se renseigner au préalable sur leurs réputations pour éviter les mauvaises surprises (voiture mal en point, chauffeur incompétent etc.). Pour cela, les groupes Facebook de voyageurs, les blogs voyage et les avis Google sont de bons points de départ. 

Nous avions repéré 5 agences suites aux différentes recommandations de voyageurs rencontrés et sur internet.

Nous avons été faire des devis dans ces 5 agences que je vous donne pour info avec le prix par personne, après négociation : Estrella Del Sur (110.000 CLP), Flamingo Travel (130.000 CLP!!!), Cruz Andina (110.000 CLP), Patajcha (105.000 CLP) et Sol Andino (90.000 CLP). Nous avons choisi Sol Andino, non seulement parce qu’ils étaient moins cher mais aussi après avoir vu pas mal d’avis positifs sur internet.

Le Salar d’Uyuni et le Sud Lipez : Combien ça coûte ?

Les prix incluent le transport en jeep 4×4 avec un groupe de 6, les repas et l’hébergement en dortoir la première nuit et en chambre double dans un hôtel de sel la deuxième. Avec les prix d’entrées et des douches chaudes dans l’auberge (qui étaient en extra dans le premier hôtel) et des toilettes payantes sur la route, cela revient à environ 140€ par personne :

  • Prix du tour : 90.000 CLP (~116€)
  • Prix d’entrée à la réserve Eduardo Avaroa : 150 BOB (~19,3€)
  • Prix d’entrée à la Isla Incahuasi : 30BOB (3,8€)
  • Prix des douches et toilettes : environ 15BOB (~1,9€)

Mon avis sur l’agence Sol Andino à San Pedro de Atacama : Tout s’est très bien passé. Notre chauffeur était sympa et prudent, les repas étaient bons et les hôtels très propres. Honnêtement, je ne vois pas ce qu’on aurait eu de plus en payant plus avec une autre agence. Le prix était bien en dessous des concurrents alors que la qualité était au rendez-vous.

Je pense que le prix s’explique car Sol Andino n’a pas (encore ?) une aussi grosse réputation que ses concurrents. Ils ont également une agence en Bolivie, peut-être s’alignent-ils donc sur les prix boliviens ? Quoi qu’il en soit et au vue de mon expérience avec Sol Andino, je recommande.

Le Salar d’Uyuni et le Sud Lipez : Faut-il partir de Tupiza ?

C’est le conseil numéro 1 qu’on trouve quand on cherche des informations sur le Salar d’Uyuni et le Sud Lipez. Vous le lirez beaucoup, il faut aller à Tupiza : c’est mieux, il y a moins de monde, on voit plus de choses etc etc.

La vérité c’est qu’il est difficile de dire quelle ville de départ offre le plus d’avantages : peu de gens ont fait l’expédition au départ de plusieurs villes pour comparer. Ce que je peux dire, c’est que nous avons rencontré des personnes qui avaient fait l’expédition en partant de Tupiza. Ils avaient exactement le même programme que nous, sauf que nous étions au jour 1 et eux au jour 2.

C’est à dire qu’au départ de Tupiza, il y a un jours de plus mais à partir du deuxième jour, le programme est identique à celui des départs de San Pedro de Atacama. Et d’après ce que j’ai pu entendre, le premier jour de l’expédition au départ de Tupiza consiste à faire beaucoup de routes pour justement rejoindre le Sud Lipez, qui se trouve proche de San Pedro de Atacama…

Quant au fait de se retrouver seuls sur les lieux en partant de Tupiza, je ne sais pas si c’est toujours le cas car nous retrouvions souvent des groupes de Tupiza sur les points d’intérêts ! Et nous étions, nous mêmes, parfois seuls sur les spots.

Bref, si vous arrivez du Chili je trouve ça dommage d’aller jusqu’à Tupiza en bus uniquement pour faire l’expédition de 4 jours. Préférez plutôt un départ de San Pedro et une arrivée à Uyuni.

Bon à savoir avant de partir en expédition dans le Salar d’Uyuni et le Sud Lipez

  • Il fait très froid dans cette région. Bon OK nous y étions au début de l’hiver en mai (également la fin de la saison des pluies) mais à cause de l’altitude, les températures sont froides, surtout la nuit. Par conséquent, les matins sont glaciaux. Il faut vraiment prévoir des vêtements chauds car même si les températures s’adoucissent la journée grâce au soleil, on reste en dessous des 10, voir des 5 degrés. 
  • Les hôtels ne sont pas chauffés, on ne s’est donc pas trop attardés le soir. Il y a cela dit beaucoup de couvertures dans les lits des auberges donc on dort bien.
  • Il faut ramener son propre papier toilettes et de l’eau, deux denrées compliquées à trouver dans le désert. 
  • Rares sont les guides qui parlent français ou même anglais, il va donc falloir réviser son espagnol.
  • On mange plutôt bien et en bonne quantité mais il vaut mieux prévoir des petites douceurs sucrées pour l’après-midi.
  • Les visites se situent entre 3500 et 4800m d’altitude, il est donc fréquent d’avoir des symptômes du mal des montagnes. Les plus fréquents : maux de tête, fatigue ou encore nausées. Et étrangement, une envie de faire pipi plus fréquente ! Les symptômes sont à prendre au sérieux car ils peuvent mener à une embolie pulmonaire. 
  • Il y a deux parcours possibles pour le tour d’Uyuni le deuxième jour. L’un passe par des paysages plus rocheux et notamment des canyons (celui que nous avons fait) et le deuxième par d’autres lagunes.
  • Le miroir d’eau dans le Salar, ça mouille pas mal les pieds ! Il y a parfois plus de 5cms d’eau, vaut mieux donc prévoir des chaussures imperméables car avec le froid, les chaussures ont ensuite du mal à sécher.

    Le Salar d’Uyuni et le Sud Lipez : Récit d’une expédition incroyable

Jour 1

Notre chauffeur vient nous chercher à 6h30, c’est parti pour 3 jours d’expédition ! Nous rencontrons rapidement nos 4 comparses, deux français et deux allemands. Avec les autres agences, nous sommes une petite dizaine de jeeps à passer la frontière. Cela veut aussi dire que nous allons plus ou moins nous suivre pendant ces 3 jours car la plupart des agences ont le même programme. Qu’importe, on savait très bien qu’on aurait difficilement un endroit pareil pour nous seuls

Avant d’entamer les visites, il faut passer la frontière et payer l’entrée au parc Avaroa, 150 Bob (~19,4€) par personne. La frontière se passe très rapidement, les douaniers ont l’habitude de recevoir des agences à ce poste de frontière et c’est bouclé en 30 secondes par personne.

Nos premières arrêts se font aux Laguna Blanca et Laguna Verde. Surprise en arrivant, la Laguna Blanca est complètement gelée ! Il faut dire que l’hiver arrive, jusque -15° la nuit et -6° à 10h du matin, au moment où nous y arrivons. On avait rarement vu une si grande étendue d’eau revêtue de glace. Les montagnes qui se reflètent dans la glace offre un panorama magnifique.

Un peu plus loin, la Laguna Verde est dominé par la silhouette du volcan Licancabúr.

En chemin vers la prochaine étape, on s’arrête dans le désert pour admirer endroit. Nous sommes vraiment au milieu de nul part, dans un espace immense et vide à l’exception de quelques renards, vigognes et lamas. Bienvenue en Bolivie !

 

La Laguna Chalviri est l’endroit idéal pour une petite baignade puisqu’elle abrite des termes. Contrairement à ceux du geyser Tatio à San Pedro de Atacama, ces termes sont vraiment chauds. On y rentre avec plaisir, surtout quand la température extérieure peine à monter malgré le soleil. La vue à l’horizon est superbe, quel plaisir d’être au chaud avec un panorama pareil, on savoure chaque minute.

Et c’est avec cette même vue que nous prendrons le déjeuner préparé par notre chauffeur. Attention à ne pas rester trop longtemps dans les termes, le choc thermique en sortant en a fait tombé plus d’un.

 

On se dirige ensuite vers Sol de Mañana pour aller voir des geysers. Honnêtement, je n’attendais pas grand chose de l’endroit après avoir déjà vu pas mal de zones géothermiques dans le monde. À Yellowstone, en Nouvelle-Zélande ou encore à San Pedro de Atacama. Mais Sol de Mañana c’est complètement autre chose. Il y a des geysers, des petites piscines bouillonnante, de la roche volcanique : la terre ici est en activité.

Mais le plus fou c’est qu’on peut non seulement s’en approcher de près mais surtout marcher entre toutes ces piscines et geysers. Partout la terre travaille, bouillonne. Il n’y a qu’en Bolivie qu’on peut faire un truc pareil car n’importe qui pourrait glisser et ébouillanter (la légende dit que c’est déjà arrivé). Mais ici les règles sont souples et nous permettent d’explorer librement l’endroit.

Sol de Mañana, c’est une expérience incroyable. Juste le fait de pouvoir vagabonder tranquillement autour de cette terre en fusion, quel privilège !

 

Le dernier arrêt de la journée se fait à la Laguna Colorada, une lagune rose où viennent se nicher des flamands roses. Ils sont incroyables et beaucoup moins peureux qu’à la Laguna Chaxa de San Pedro. Ici, on peut les approcher de près (pas trop non plus), ils sont tellement majestueux.

Au moment où je me dis, pour la, énième fois, que le paysage est somptueux, on voit apparaître des lamas au loin. Cette lagune rose avec la chaîne des Andes au fond, des flamands roses et des lamas  ? Le tableau est juste parfait.

 

On passera la nuit à Villa Mar, en plein milieu du désert. Alors certes il n’y a pas de chauffage et les nuits sont très froides mais la tonne de couvertures suffit à se réchauffer. Il y a même des douches chaudes.

Jour 2

La journée commence doucement avec un départ à 8h. On se dirige vers Valle de Rocas, un endroit avec des formations rocheuses impressionnantes. Les locaux ont donné des noms à la roche, l’une s’appelle “Copa Del Mundo” parce qu’elle ressemble à la coupe du monde, une autre ressemble à un chameau par exemple.

Dans la Valle de Rocas, il y a un endroit qui ressemble à une petite ville qui s’appelle Italia Perdida parce qu’une italienne s’y est un jour perdue (source: moi et mon espagnol rouillé). On peut admirer la vallée d’un point de vue en hauteur auquel on accède en escaladant la parois. C’est un peu dangereux car le vide est partout et il n’y a pas de sécurité. C’est d’ailleurs à cet endroit que j’ai découvert que j’avais peur du vide, merci la Bolivie.

 

A côté se trouve la Laguna Vinto, d’où on peut admirer les Andes qui nous entoure.

Apres le déjeuner, on se dirige vers la Laguna Negra. L’endroit est un mélange étonnant de deux paysages. Au sol, la mousse d’Irlande et autour la roche de l’ouest des USA. Avec en prime des lamas ! L’endroit est calme et relaxant, on aurait pu passer des heures à observer les environs et regarder les poules d’eau de la lagune faire leurs nids.

 

La suite nous rappelle à nouveau les USA ou encore le canyon de Sumidero au Mexique : c’est le canyon de l’Anaconda. Le point de vue où nous sommes nous permet de l’admirer sous toutes les coutures. Nous sommes seuls au canyon, on reste quelques minutes à contempler le paysage au son de la chanson “A Horse with No Man”, notre hymne de ce voyage en Bolivie.

 

La nuit se fera à l’entrée du Salar D’Uyuni dans un hôtel de sel. Une partie du mobilier est faite en sel et le sol est jonché de particules de sel. Je crois que c’est l’hôtel le plus insolite que j’ai pu faire jusqu’à présent. Et bonne surprise, nous sommes le seul groupe à y dormir ce soir là.

Jour 3

Le réveil sonne à 5h30 pour aller voir le lever de soleil dans le Salar d’Uyuni, le plus grand désert de sel du monde. Nous avons de la chance car il y a encore un petit peu d’eau dans le Salar d’Uyuni. L’infini du Salar d’Uyuni se prolonge dans le miroir d’eau pour un effet plus que merveilleux. Nous restons là une petite heure à observer les couleurs du lever du soleil se refléter dans l’immensité. Un moment magique !

 

Nous partons ensuite vers la Isla Incahuasi pour prendre le petit déjeuner, une île de cactus en plein milieu du Salar. Le genre de chose qu’on ne s’attend pas à voir en plein milieu d’un désert de sel, surtout que c’est le seul endroit du Salar où on peut voir des cactus.

 

J’avais déjà vu des déserts de sel : à Bonneville Salt Flats aux USA et dans la région de Salta à Salinas Grandes. Il n’empêche que celui-ci est immense et on peut rouler des dizaines de minutes entières sans croiser personne. C’est à ce moment là que nous faisons ce que tout bon touriste fait au Salar d’Uyuni : les photos en perspective. On se prend vite au jeu avec le guide qui nous dicte les positions (si bien qu’on finit tous avec les mêmes photos et vidéos mais ça reste fun !).

 

On finit par quitter le Salar en faisant un dernier tour au premier hôtel de sel de la région (désormais fermé) et au fameux point des drapeaux, hyper photogénique. Le dernier arrêt de l’expédition se fait au cimetière de train de la ville d’Uyuni.

 

Il est l’heure de dire adieu à notre guide et à nos copains de trajets, mais pas vraiment puisqu’on finira tous dans le même bus à 15h qui nous emmène dans la ville de Potosi.

En conclusion

Superbe expérience que ces 3 jours passés dans le sud de la Bolivie ! Même si les paysages nous ont quelques peu rappelé San Pedro de Atacama ou encore la région de Salta, nous avons été enchanté par ces trois journées à découvrir des paysages irréels. Difficile de choisir mon moment préféré, il y en a tellement !

Les flamands roses de la Laguna Colorada, les geysers de Sol de Manana, la Valle de Rocas ou encore le lever de soleil dans le Salar… Des lieux exceptionnels et uniques au monde qui font de cette expédition dans le Salar d’Uyuni et le Sud Lipez un incontournable d’un voyage en Bolivie !

Tu as aimé ? Partage sur pinterest ! Le Salar d'Uyuni et le Sud Lipez : incontournable en Bolivie !

2 Comments

  1. Un grand merci pour toutes ces informations. J’ignorai que cet endroit était si riche.

  2. mylittlepipedream Reply

    Cet endroit a vraiment l’air magnifiquement magnifique ahah ! Je l’ai repéré depuis de nombreuses années (je devais avoir 15 ans!) et depuis je rêve d’y mettre les pieds. Et je sais que lorsque ce sera le moment, je viendrai piocher les infos dans ton article ultra complet sur le sujet. Merci beaucoup 😀

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :